La phase de l'invalidation

Justification de l’homme/Responsabilisation de la femme

Aussitôt après l’agression, l’homme invalide son comportement, c’est-à-dire qu’il essaie de l’annuler. Il minimise le caractère et la gravité de l’agression. Il invoque ses problèmes d’alcool, de drogue ou de surconsommation de médicaments. Il prétexte qu’il ne peut maîtriser sa violence. Il rétorque que sa conjointe dramatise ou qu’elle est complètement folle. Il affirme qu’elle n’avait pas à le provoquer… Et puis, il reprend rapidement la vie normale.

Devant toutes ces réactions et justifications, et à cause de tous les messages reçus antérieurement, la femme oublie sa propre colère. Elle en arrive à se voir comme la responsable des comportements violents de son conjoint. Elle se dit que si elle modifie ses attitudes et comportements à elle, la violence va se résorber.

Et plus le cycle se répétera, plus la femme se percevra elle-même comme incompétente, dans sa vie de couple et ailleurs. Plus elle se sentira responsable de la violence de son conjoint. Plus elle se « responsabilisera » devant l’absence de solution. Elle en arrivera même à se croire elle-même violente.

  • Il dit qu’il ne peut pas s’en empêcher mais ça n'arrive jamais avec d’autres que moi et jamais en dehors de chez nous !
  • Tu savais que j’étais fatigué. Il fallait que tu commences à m’écoeurer avec tes cours d’ordinateur !
  • C’est normal qu’un homme veuille son dû. Tu veux jamais baiser. Mais j’suis pas fait en bois, moi !
Source: Regroupement Des Maisons Pour Femmes Victimes De Violence Conjugale, "La violence conjugale, c'est quoi au juste?"

 

 

Havre l'Éclaircie, C.P. 23, Ville de Saint-Georges (Québec)  G5Y 5C4     |     Téléphone:  418-227-1025     |     Télécopieur: 418-227-4570

Site réalisé par Studio ML