En guise de conclusion

Les traumatismes reliés à la violence conjugale sont une réponse normale à l’expérience anormale d’avoir été victime d’agression et d’actes de violence, une fois ou à plusieurs reprises. Beaucoup de femmes survivent à ces mauvais traitements en développant des mécanismes psychologiques complexes pour se protéger. Ces mécanismes de protection de soi peuvent continuer de servir même si la violence a cessé.

Les effets à long terme de la violence conjugale sont emmagasinés dans le corps et apparaissent souvent plus tard dans la vie sous forme de diverses réactions telles que citées dans le présent document.

La nature même des réactions aux traumatismes fait parfois sentir aux femmes qu’elles sont « entrain de devenir folles ». De plus, notre société comprend mal les effets des traumatismes liés à la violence et cette ignorance peut porter les femmes à souffrir de ces effets. Ces impacts peuvent également modifier l’image qu’elles ont d’elles-mêmes. Pourtant, ces traumatismes sont des réactions tout à fait « NORMALES » à des situations « ANORMALES ».

Source: Regroupement Provincial Des Maisons D'hébergement Pour Les Femmes Victimes De Violence Conjugale.
"Qu'est-ce que ces panneaux ont en commun? Comment reconnaître les traumatismes liés à la violence", Centre de toxicomanie et de santé mentale.

 

 

Havre l'Éclaircie, C.P. 23, Ville de Saint-Georges (Québec)  G5Y 5C4     |     Téléphone:  418-227-1025     |     Télécopieur: 418-227-4570

Site réalisé par Studio ML